Revue du net‎ > ‎Voyageurs‎ > ‎

Ils ont marché sur les chemins de Compostelle

publié le 19 janv. 2011 à 00:11 par Didier RAMON

Françoise Priou a 66 ans et Gérard Priou 70 ; Arlette Champion 59 ans et Jean Champion 60. Ils sont Vertaviens, amis et marcheurs au Cyclo-club de Vertou. Ils ont fait « leur » chemin de Saint-Jacques entre le 6 avril et le 3 juin, parcourant 1 500 km en 58 jours, soit une moyenne de 25 km par jour.
Récit
« Nous sommes partis de Vertou et avons suivi le trajet Vertou, Clisson, Saint-Jean-d'Angély, (Charente), Blaye (Gironde), Saint-Jean-Pied-de-Port (Pyrénées Atlantiques), Roncevaux, Pampelune, Puenta la Rena, Burgos, Leon, Santiago de Compostela. Le chemin de Saint-Jacques, c'est le chemin des étoiles avec lesquelles on se guidait autrefois. Notre démarche n'était pas religieuse, c'était un défi ».
Gérard : « Un défi physique et moral, pour couper avec tout... sauf le téléphone portable ! ».
Françoise : « Un défi physique et spirituel, pour s'élever, se dépasser ».
Arlette : « Un défi sportif, ma grand-mère me montrait des marcheurs sur le chemin ! ».
Jean : « Une recherche de rencontres, d'échanges, un défi physique aussi, est-on capable de le faire ? ».
« Notre préparation a duré un an : de l'entraînement physique, avec 30 km par semaine, à l'organisation de notre absence par rapport au courrier, au jardin, au téléphone... On a créé un blog avant de partir pour communiquer avec la famille et les amis, relater nos journées. Au final, il a été consulté 3 300 fois par plus de 750 personnes ! »
Le trajet ? Pour Gérard : « Sur le plan physique, ça a été impeccable. J'ai mal vécu les changements de rythme liés aux séparations temporaires qui me rendaient malheureux de ne pas marcher à quatre, et les changements de temps : neige, pluie, boue, soleil torride ».
Françoise : « Dans le Bordelais, Je me suis arrêtée trois jours, avec un mal à une jambe et un pied ; heureusement, pas de déchirure. Jamais je n'ai envisagé d'arrêter. Durant certains moments difficiles, j'ai eu le sentiment que Saint-Jacques nous favorisait, comme dans la recherche de gîtes ».
Arlette : « J'ai eu mal ; je me suis arrêtée à Saint-Jean-Pied-de-Port pour faire une radio plus IRM d'un pied. J'ai continué avec des anti-inflammatoires. Le moral était atteint, j'ai cru qu'on ne se retrouverait pas ».
Jean : « J'ai fait de la tendinite et une chute, autrement RAS. Les problèmes de nos épouses m'ont affecté ».
Blog des Priou-Champion : http://fafagegemarche.canalblog.com
Comments